Knit Spirit

Je tricote, tu tricotes, il / elle tricote... et vous, vous tricotez ?
{Interview} Tisserin Coquet, designer tricot

{Interview} Tisserin Coquet, designer tricot

Suite au lancement du KAL “Soaked to the skin”, j’avais envie de vous présenter Chloé aka Tisserin Coquet, la créatrice du patron (pour ceux qui ne la connaîtrait pas encore).
Elle a bien voulu se prêter au jeu de l’interview pour knitspirit.net.
Bonne lecture !

Bonjour Chloé, sur la toile et en tant que créatrice, on te connaît plutôt comme Tisserin Coquet. Peux-tu te présenter en quelques mots stp ?
Bonjour Gaëlle ! Pour résumer le tout en une phrase, je suis une créatrice de patrons et de petite mercerie et également professeur de tricot 😊 Je n’ai pas honte de dire que je suis une snob de la laine et j’aime les couleurs vibrantes, les laines mouchetées, les fils célibataires, les châles et les chaussettes comme cela se remarque facilement en regardant les patrons que j’ai publiés. Je suis plutôt timide (et c’est un euphémisme !), et en plus du tricot, j’adore également les maths, la physique et les puzzles (petite anecdote : j’ai même un doctorat en astrophysique).

D’où te vient ce pseudo de Tisserin Coquet ?
Hmm, c’est une longue histoire ! Lorsque j’ai créé mon entreprise, j’ai cherché un nom qui me correspondrait tout en ayant une connotation laineuse. Au vu des nombreuses heures que j’ai passé devant les documentaires animaliers petite, un nom d’animal m’a semblé parfait. Le tisserin est un oiseau jaune (💛) qui, comme l’indique son nom, tisse son nid. Quoi de plus parfait ? Le Tisserin Coquet, espèce imaginaire d’oiseau issu d’un croisement entre un tisserin et un jardinier satiné était né ! (Si vous voulez découvrir de plus près cet hybride, rendez-vous sur http://tisserincoquet.fr/tisserin-coquet)

Quand as-tu appris le tricot et avec qui ?
J’ai appris le tricot très jeune, je devais avoir 8 ans je pense, sous la direction de ma mère. Je n’ai par contre pas du tout aimé ça à l’époque car je serrais tellement mes rangs qu’il m’était en réalité pratiquement impossible de réellement tricoter. En 2008, après avoir passé une journée entière à essayer (et finalement réussir !) de tricoter sans lâcher ni ma laine ni mes aiguilles, j’ai finalement attrapé le virus du tricot. Mon « premier » projet a été le pull Owls de Kate Davies donc on peut dire que c’est également un peu elle qui m’a re-initié au tricot et toi grâce à ta vidéo de magic-loop, technique que j’ai découverte pour l’occasion 😉

J’ai pu lire sur ton blog que niveau travail, tu as une double casquette : web designer d’un côté et designer / prof de tricot… de l’autre. Comment arrives-tu à combiner ces activités plutôt différentes ?
Je n’y arrive pas XD. Créer une entreprise est déjà extrêmement difficile et gourmand en temps, en créer deux en même temps sans perdre la tête n’est pas dans mes cordes ! J’ai décidé très rapidement de me concentrer sur le tricot et je ne fais désormais de web design que très ponctuellement.

Tu proposes de nombreux patrons de tricot de chaussettes, je présume donc que, toi aussi, tu as attrapé le virus. Comment es-tu tombée dans le tricot de chaussettes ?
Très bonne question ! Je *pense* que c’est à la fois par défi personnel vu que les chaussettes sont souvent présentées comme LA chose la plus dure à tricoter et parce qu’un des modèles du livre Chaussettes & Cie me faisait énormément envie. Au final, les chaussettes ne sont pas difficiles à tricoter que cela et je suis très rapidement devenue accro !

Comment te vient l’inspiration pour tes patrons ?
Cela dépend vraiment du patron et du cadre dans lequel il est créé car certaines fois, un thème est imposé. Lorsque ce n’est pas le cas, la laine elle-même peut être l’inspiration du modèle, avec l’envie de mettre en avant une de ses caractéristiques. Ou encore d’un motif que je meure d’envie d’essayer. Ou de tout à fait autre chose, souvent relié à la nature, aux plantes, ou même à la météo. Par exemple, pour le cas des Soaked to the Skin, l’inspiration est venue lorsque j’ai su quel mois serait publié le patron. L’automne est souvent synonyme de gros brouillard et de jolies pluies chez moi. Etant un peu en hauteur, lorsque le temps est dégagé, il nous arrive souvent de voir au loin les colonnes de pluie qui se déplacent et que j’aime beaucoup observer. J’ai ainsi intégré nuages, brouillard et gouttes de pluie dans cette chaussette.

On passe maintenant à l’interview tricot ! Quel est ton type d’aiguilles préféré : aiguilles droites, circulaires ou double pointes ? Bois, métal, bambou ou autre ?
Circulaires en bois ou bambou pour les « grosses », carbone pour les plus petites.

Niveau fils à tricoter, quelle est ta préférence (taille, matière) ?
Niveau taille, ma préférence va au fingering. Je pense qu’au moins 75% de mon stash est en fingering, c’est pour dire ! Niveau matière, je suis loin d’être aussi catégorique, vu que j’aime à peu près toutes les matières naturelles, de la laine islandaise (que j’utilise pour tous mes pulls) au plus doux des cachemires. Sauf peut-être le 100% coton que je trouve bien souvent trop difficile à tricoter.

Ton motif / point préféré ?
Cela dépend beaucoup des périodes à vrai dire. Certaines fois je vais vraiment vouloir un tricot très simple et dans ce cas là le mousse et le jersey sont mes meilleurs amis. D’autres fois je vais avoir quelques neurones disponibles en plus et la dentelle, les torsades ou la brioche sauteront sur mes aiguilles plus vite que je ne peux le dire.

Pour les chaussettes : du mollet à la pointe du pied ou l’inverse ?
Les deux mon capitaine ! A vrai dire, c’est régulièrement le motif qui choisit lui-même le sens de tricot car il y a bien souvent un sens dans lequel le motif est plus joli ou correspond plus à l’inspiration du modèle.

Quel est l’ouvrage qu’on trouve en ce moment sur tes aiguilles ?
Côté designs, beaucoup de chaussettes. Côté perso, deux pulls, un pour moi et un pour mon époux, mais pour être honnête ils n’avancent pas beaucoup ces derniers temps !

Est-ce que tu crochètes aussi ?
Très peu. J’ai une tension complètement délirante au crochet qui implique d’utiliser un crochet 1.5mm pour du fil fingering si je veux quelque chose qui se tient un minimum. Autant dire que ce n’est pas toujours très engageant !

Merci pour toutes tes réponses, un mot à ajouter ?
Merci à toi de me les avoir posées et aussi d’organiser le KAL Soaked to the Skin 😊 J’ai hâte de voir toutes vos chaussettes finies !

J’espère que cette interview vous a plu.
Connaissiez-vous déjà Chloé ? Et pour le KAL, vous êtes des nôtres ?

Retrouvez Chloé sur :
– son site : www.tisserincoquet.fr
– Instagram : @tisserin_coquet
– Facebook : Tisserin Coquet
– sa chaîne YouTube : Tisserin Coquet
– sa page de designer sur Ravelry : Tisserin Coquet
– son groupe sur Ravelry : Du pep’s dans le tricot

1 comment found

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.